Le cambrioleur de glands

Balanin ; Ready to lay eggs on nut of Quercus serrata © Kazuo Unno / Oasis / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Avec cet été particulièrement chaud et sec, la végétation semble avoir pris de l’avance sur l’automne. Les chênes sont déjà couverts de glands pour le plus grand bonheur des geais et des écureuils notamment. Mais, un cambrioleur semble avoir pris les devants et beaucoup de fruits sont vides, les graines semblant s’être volatilisées. Seul indice, un minuscule trou percé dans la paroi. 
Le voleur est un insecte, un balanin. Avec son allure éléphantesque, le balanin pourrait remporter la palme du plus rigolo des insectes. Mais cette trompe est une arme redoutable. Elle lui sert de forêt pour entrer en catimini dans le gland et y pondre au début de l’été alors que le fruit est tout juste formé. 

 L’œuf éclot à l’abri de ce berceau puis il va se nourrir de la graine. En fin d’été, lorsque le gland tombe, la larve est suffisamment grosse et elle creuse à son tour un petit trou pour sortir de sa logette. Elle s’enfouit alors dans le sol pour parfaire son développement et sa métamorphose avant de sortir, adulte, au printemps prochain.