Histoire du jour : L’hiver de la découpure

Des découpures en train d'hiberner Cyril Ruoso / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Les marmottes, sousliks et autres loirs ou hérissons ne sont pas les seuls à hiberner. En ce 3 janvier, si vous vous hasardez dans des grottes ou dans des caves creusées à même la roche, en levant les yeux vous pourrez peut-être apercevoir, cramponnés au plafond, quelques papillons. Brune à tâches orangées, l’élégante découpure virevolte les nuits d’avril à décembre, puis, lorsque l’air devient trop mordant par le froid naissant, elle cherche un abri. Ailes repliées, trompe enroulée, le corps de l’insecte se raidit comme s’il s’emmitouflait d’une gangue protectrice. Là, de ses six pattes accrochées, elle va laisser le froid se déployer pour se réveiller lorsque les premiers rayons de soleil printaniers viendront caresser les parois de son refuge.