La ruse du poulpe pygmée

Poulpe pygmée de l'Atlantique aux Caraïbes Océan Atlantique Gérard Soury / Biosphoto

+ A A -

DISNEYNATURE

Du haut de ses quinze centimètres, tentacules comprises, c’est un être extrêmement rusé. Dans un monde animal impitoyable, le poulpe pygmée sait faire preuve d’une grande créativité pour palier à sa vulnérabilité. Il se camouffle sous le sable, se refugie dans les coquilles d’autres crustacés, petites palourdes ou mollusques, qu’il paralyse et ingère grâce à sa salive toxique. Ces céphalopodes sont d’ailleurs si doués dans l’art du camouflage qu’ils peuvent être une centaine, réunis au même endroit mais passer totalement inaperçus. Avec sa belle mosaïque de bleu, parsemée de vert, de blanc et de doré, il se plait dans les eaux chaudes et peu profondes des Caraïbes, autour des iles Caïman. Autre arme à sa disposition : il possède un sachet d’encre foncée qu’il libère quand il se sent menacé ou provoqué. C’est au printemps, en mars et en avril que le poulpe nain se reproduit. Pour cela, les femelles secrètent un parfum spécial qui informe les hommes de leur disponibilité. Le male libère alors une poche de sperme pour féconder les œufs. Les nouveaux nés, de minuscules pieuvres juvéniles, seront ensuite capables de nager et de chasser quelques heures après leur naissance.Source : Mother Nature Network