Au Royaume-Uni, le retour de la martre des pins pourrait sauver l'écureuil roux

Un écureuil roux © Fabrice Cahez / Biosphoto

+ A A -

Disneynature

Au Royaume-Uni, la prolifération des écureuils gris pose problème. L'animal, importé d'Amérique du Nord en 1876 pour peupler de grandes propriétés, a progressivement pris le pas sur son cousin anglais, l’écureuil roux, en faisant prévaloir sa silhouette plus imposante et son pelage plus touffu.

Plus frêles, les roux ont besoin de davantage d'espace par individu et sont menacés par la variole de l'écureuil amenée par les gris, qui y sont immunisés. Résultat, la population d’écureuils roux a été décimée, et comptait en 2017 moins de 140 000 individus, dont les trois quarts retranchés en Ecosse.

Alors que le gouvernement britannique planchait sur un programme de stérilisation pour réduire le nombre de gris, des chercheurs de l’Université d’Aberdeen révèlent que le retour de la martre des pins au Royaume-Uni pourrait sauver les écureuils roux de l’extinction.

La martre des pins a fait son retour sur le territoire anglais au début des années 2010, après un siècle d’absence. L’animal a en effet failli disparaître après avoir été pourchassé, entre autres, pour sa fourrure. Depuis, l'animal étend progressivement ses territoires du centre de l'Ecosse jusqu’au nord de l’Angleterre.

C’est sur ces territoires où la martre se réinstalle que les chercheurs ont mis en place un programme d’observation destiné à analyser les relations entre les écureuils roux, les gris et ces mustélidés. Les chercheurs ont placé plus de 200 mangeoires dans les bois contenant des noisettes – met favori des écureuils - et des cacahuètes, que les martres de pin apprécient. Ils ont constaté que là où la martre était présente, le nombre d'écureuils gris diminuait et le nombre d'écureuils roux augmentait.

Pourquoi ? Les scientifiques ont découvert que, les écureuils roux étaient beaucoup moins susceptibles de visiter les mangeoires quand la martre était présente. Les gris, en revanche, étaient beaucoup moins vigilants. "Cela suggère que les gris sont totalement naïfs aux risques de la martre des pins en tant que prédateur", a déclaré la chercheuse Emma Sheehy.
 
 « Les écureuils autochtones ont co-évolué avec les martres et en connaissent le danger. Au contraire, les écureuils américains n'ont pas de tels prédateurs capables d'aller les chercher jusque dans les branches les plus hautes des arbres. Les martres ont donc moins de difficultés à chasser ces proies qui n'ont pas conscience des risques. Et elles épargnent les écureuils roux nettement moins naïfs et plus difficiles à chasser », explique Sciences et Avenir.
 
Selon les chercheurs, plus il y aura de martres, plus la population d’écureuils gris sera régulée, plus celle des roux repartira à la hausse !
 
Source : Sciences et Avenir, AFP