Bande de copines

Sanglier d'Eurasie (Sus scrofa) et marcassins, Ardenne, Belgique Christian Cabron / Biosphoto

+ A A -

DISNEYNATURE

Le mois d’avril marque le pic des naissances pour la laie, la femelle du sanglier. Après s’être isolées pendant plusieurs semaines pour mettre bas, les femelles vont se regrouper avec leurs petits et former des compagnies d’une vingtaine d’individus, dont sont exclus les mâles adultes. Elles vivront ensemble jusqu’aux prochaines délivrances. Au sein de ces groupes, une laie adulte dominante devient meneuse. Généralement la plus expérimentée, elle prend la tête de la harde. C’est elle qui la saison suivante aura ses chaleurs en première, déclenchant celles des autres femelles. Grâce à cette organisation collective, les sangliers se transmettent les savoirs et apprennent à survivre. Ils accompagnent leurs aînées et mémorisent les bons coins où venir s’alimenter, les forêts à glands, les cultures et les prairies à champignons. Il faudra attendre plusieurs années pour que les jeunes mâles prennent leur indépendance, d’abord poussés par leur instinct à tout faire ensemble : manger, se déplacer, dormir les uns contre les autres. Une fois devenus adultes, ils passeront la plupart de leur temps en solitaire, ne fréquentant la harde qu’au moment du rut.
 
Source : ONCFS