Les personnalités des orques se dévoilent

orque sous la surface © Michael Weberberger / imageBROKER / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Chez les orques, comme chez les chimpanzés ou encore les humains, tout est question de personnalité. Chaque individu diffère de son voisin par ses traits de caractère, joueur, facétieux, timide ou encore têtu.

Il semblerait que la vie sociale particulièrement complexe de ces mammifères marins ait été un facteur déterminant dans l’évolution de ces personnalités complexes, à l’instar de ce que l’on observe chez les grands singes.

Les orques ont une espérance de vie de 90 ans en moyennes et entretiennent des liens très forts avec les autres membres de leur groupe. Les orques chassent ensemble, partagent leur nourriture, coopérèrent, et dialoguent entre eux de manière très élaborée. De plus ces animaux, apparentés aux dauphins et non aux baleines sont doués d’empathie et d’émotions.

Ainsi, les orques connaissent le chagrin et le deuil comme le montrent ces observations de femelles portant leurs rejetons décédés à la surface durant de longues périodes. Ce fut le cas de Tahlequah qui, avec l’aide des membres de son groupe, porta son nouveau-né décédé 17 jours à la surface au large des côtes de Vancouver l’été dernier.
Une émotion qui n’a pour l’instant été observée que chez les chimpanzés, les éléphants et les girafes.

Ces résultats montrent également que la captivité peut affecter la personnalité des orques, en accroissant leur agressivité et déclenchant diverses névroses
 
Source: Journal of Comparative Psychology