La marmotte est-elle vraiment une grosse dormeuse ?

Une marmotte © Cyril Ruoso / Biosphoto

+ A A -

Disneynature

Dans les hauteurs de nos montagnes, le froid et les premières neiges annoncent le début de la saison froide. Le signal pour les marmottes des Alpes de fermer l’entrée de leur galerie pour s’y enfouir au plus profond... Le début de l’hibernation !

C’est dans un nid douillet, composé d’herbes, de terre et de foin, confectionné avec soin, que la marmotte passera six mois dans un sommeil presque profond. Et oui, pour économiser de l’énergie et ne pas brûler ses réserves trop vite, la marmotte va vivre au ralenti. Un état de torpeur caractérisé par une chute progressive de sa température corporelle (de 36° à 2°) et de son rythme cardiaque (de 110 pulsations à la minute à 45 pulsations).

La marmotte détient, pour certains spécialistes, le titre du plus gros « hibernant profond » : Ni l'ours ni le blaireau ne s'endorment aussi profondément, et aussi longtemps que le rongeur.

L'expression « dormir comme une marmotte » n’est donc pas usurpée. Mais Selon Patrick Haffner, du Muséum National d’Histoire Naturelle, la marmotte ne peut dormir profondément que si l’hiver est froid. Si les températures sont trop douces, la marmotte se réveillera beaucoup plus fréquemment et sera contrainte de puiser dans ses réserves de graisse !

Source : Science et Avenir