Les orques boostent leur fertilité en volant dans les filets de pêche

Un groupe d'orques Steven Kazlowski / naturepl.com

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Comme les humains ou les grands singes, les orques sont des bêtes de culture. Chaque communauté possède des comportements qui lui sont propres, des traditions, transmises de génération en génération. Aux îles Crozet, une population a décidé de tirer profit des activités humaines et va se servir directement en légine australe sur les palangres. Une équipe de scientifiques a montré que les femelles orques capturaient ainsi 116 tonnes supplémentaires. Le plus intéressant réside dans le fait que les femelles qui profitaient de ces légines avaient plus de chance d’avoir un jeune l’année suivante. Lorsque l’on sait qu’elles ne profitent de ces extras que deux semaines par an, cela montre l’immense impact que peut avoir ce petit surplus alimentaire, d'autant que comme beaucoup de prédateurs marins, ce cétacé souffre de la surpêche. Source : animal conservation