Une femelle ours pose le pied dans les forêts du Béarn

ours dans les montagnes espagnoles © Juan-Carlos Muñoz / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Jeudi, c’est par hélicoptère qu’une ourse née en Slovénie a rejoint ses cousins plantigrades dans les Pyrénées. Désormais, ils sont 44 à sillonner ce paysage montagneux mais, dans cette région des Pyrénées occidentales, il n’y avait que des mâles et l’arrivée d’une femelle était nécessaire afin de renforcer et viabiliser la population. 

Ici, l’ours brun n’a jamais disparu et ce programme est un renforcement et non une réintroduction du grand mammifère, les éleveurs ayant toujours cohabité avec l’animal même si certains aujourd’hui, s’érigent contre sa présence.

Espèce parapluie, l’ours brun d’Europe de l’Ouest est essentiellement végétarien, 80 % de son alimentation est composée de baies, de fruits, secs, de racines et d’herbacées. Quant aux 20 % restant, ce sont des protéines animales issues pour environ 5 à 7 % d’animaux domestiques (ovins, caprins vivant dans des troupeaux non protégés) et le reste de petits mammifères, reptiles, insectes etc…

Aujourd’hui intégralement protégé à l’échelle internationale et nationale, c’est une espèce dite prioritaire et un programme d’aides spécifiques a été mises en place par le gouvernement afin de favoriser la cohabitation entre l‘ours et le pastoralisme passant notamment par l’utilisation de chiens de protection et le recrutement de bergers, un métier tombé en désuétude.

Source : France Info & MNHN