Chez les pandas, on est exploratrice de mère en fille

Un panda dans un arbre © Pu Tao / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

A quelques exceptions près, chez les mammifères, ce sont les mâles qui, au sortir de l’adolescence quittent le giron maternel pour s’en aller chercher un territoire propre. Les ours ne font pas exception mais il s’avère que le panda géant faillit à cette règle.  De nouvelles recherches montrent que l’explorateur désireux de découvrir les vastes forêts de bambous au-delà du territoire maternel n’est pas tant le jeune mâle que la femelle. La raison pour laquelle ce comportement vient seulement d’être découvert réside dans le fait que si l’animal est emblématique, ses us et coutumes restent très peu connus. Inféodés aux forêts de bambous des montagnes du centre de la Chine, le panda est très discret et difficile à suivre pour qui veut l’étudier. Seule la pose de colliers émetteurs permet d’obtenir des données fiables sur les territoires et déplacements des ursidés. C’est ainsi que les chercheurs ont découverts que les femelles étaient loin d’être timides et n’hésitaient pas à se disperser à l’adolescence non sans risques, dans des contrées inconnues, même si elles reviennent souvent près du territoire maternel pour mettre bas à leur tour.   Source : Integrative Zoology