Singes araignées : le coût de l’épouillage

Deux singes araignées dans les arbres © Michael & Patricia Fogden / Minden Pictures / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Malgré son nom, l’épouillage, pratiqué à haute dose chez les primates sociaux par exemple, ne consiste pas seulement à ôter les parasites externes du pelage de son voisin. C’est aussi un ciment social (dis moi qui tu épouilles et qui t’épouille et je te dirais où tu es dans la hiérarchie) et un réducteur de stress : Le passage de mains expertes dans la toison provoque la libération d’ocytocine ou hormone du bonheur, de quoi relaxer l’épouillé. Idéal lorsqu’un conflit a éclaté et que l’on souhaite se réconcilier ! Mais, une étude montre que cet épouillage n’est pas sans risque chez le singe araignée. D’un côté l’épouilleur débarrasse l’épouillé de parasites externe, de l’autre, il récupère par ces mêmes gestes des parasites intestinaux. L’arroseur arrosé… Source : Philosophical transactions B.