Le charisme du tigre et de l’éléphant touche aussi les chercheurs

Un tigre charismatique © Edwin Giesbers / naturepl.com

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Il est connu qu'il vaut mieux être grand panda ou orang-outan que scarabée ou serpent quand il s'agit de lever des fonds auprès du grand public. Mais ce biais lié au charisme de certaines espèces touche aussi les chercheurs comme vient de le montrer une étude publiée par des écologistes de l’université de L’Illinois aux USA. Sur les 10615 espèces figurant sur la liste rouge de l’IUCN dont le congrès mondial se déroule en ce moment à Hawaï, les mammifères sont les plus étudiés sans grande surprise. Ils devancent largement les reptiles qui devancent eux-mêmes poissons et amphibiens. Les grands perdants sont les invertébrés qui ne bénéficient en moyenne que d’un seul article par espèce. Mais l’inégalité règne également chez les mammifères et si chaque espèce totalisent en moyenne 17 articles, tigres et éléphants d’Afrique caracolent loin devant avec non moins de 600 papiers scientifiques publiés. Mais le biais est-il réellement du côté des scientifiques ou des organismes qui subventionnent les recherches ? Certainement un peu des deux… Source :sciencepresse.qc.ca