La limace qui mangeait la lumière

Elysia chlorotica © Bruno Guénard / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

C’est connu et érigé en définition : seules les plantes sont capables de transformer la lumière en nourriture. Pourtant, Elysia chlorotica, une limace de mer aussi verte qu’une laitue, a trouvé une solution pour se nourrir de lumière sans les inconvénients d’un partenariat pas toujours fiable comme dans le cas du corail où l’algue, au moindre stress déserte l’édifice.

Ici, point d'association librement consentie. Tout commence avec un festin. Dans les eaux côtières du nord-est américain où elle vit, Elysia va s’attabler et dévorer les filaments de l’algue Vaucheria litorea. Mais non seulement Elysia se remplit l’estomac mais elle vole à l’algue son attirail photosynthétique.

Et, en un repas, voilà notre belle Elysia métamorphosée en véritable plant’animal ! Ce tour de passe-passe est rendu possible par la digestion assez rudimentaire des nudibranches. Une digestion qui laisse passer les chloroplastes intacts de l’intérieur de l’intestin aux cellules de sa paroi, leur nouveau logis.

Mais il y a plus. Outre ces organites, Elysia annexe des gènes pilotant la photosynthèse de l’algue. Grâce à ce vol de matériel solaire, la limace de mer peut vivre tout à fait normalement durant neuf mois sans avaler une seule bouchée de matière organique et ne vivre que des rayons solaires.