Buses et faucons crécerelles surveillent les labours

Un faucon crécerelle en plein vol Faucon crécerelle - Brian Bevan / Ardea / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

En vol stationnaire ou posté sur un poteau téléphonique quand ce n’est pas installé sur un talus, faucons crécerelles et buses sont en ce mois de novembre aux aguets. Dans les champs, les tracteurs s’activent et labourent à tout va.  Les chaumes, en s’enfonçant dans la terre nouvellement retournée privent les petits rongeurs et toute la microfaune de leurs modestes cachettes. Délogés, perdus, il leur faut vite retrouver un refuge mais leur trottinement affolé ne passe pas inaperçu. A l’affût, leurs yeux perçants scrutant les sillons tracés dans la terre, les rapaces s’élancent, toutes serres dehors en direction de leurs futurs repas. Ces oiseaux ne sont pas les seuls à profiter de cette intense activité agricole. Les corbeaux, corneilles mais aussi les goélands venus parfois de loin, oubliant le temps d’une saisons leurs origines maritimes, investissent les champs, n’hésitant pas à picorer vers de terres, larves et autres insectes juste derrière la charrue.  

Bourgogne Franche-Comté

VOIR SUR LA CARTE