Hirondelles, un voyage en classe tous risques

Une hirondelle survolant l'eau Markus Varesvuo / naturepl.com

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Si quelques retardataires sillonnent encore nos campagnes à la recherche d’insectes, partout, au nord de la Loire, les fils téléphoniques ont désormais perdu leurs hirondelles rustiques.  Le grand voyage a débuté et les oiseaux de 20 grammes s’apprêtent à traverser la Méditerranée puis l’immense désert saharien avant de rejoindre, 7000 km plus loin, le Cameroun, le Congo ou le Gabon pour les hirondelles françaises tandis que les anglaises feront encore 3000 km supplémentaires pour aller au-delà de l’Equateur. Jusqu’à la fin du 18ème siècle, certains comme Carl von Linné, pensaient qu’elles s’enfouissaient au fond des lacs pour y passer l’hiver. C’est grâce au moine italien Spallanzani et à l’allemand Frisch qui attachèrent des fils de couleurs aux pattes des hirondelles que le mystère de leur ‘disparition’ s’est enfin levé !