Histoire du jour : l’oie de noël

oie Nathalie Houdin / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

En ce moment, sur les tables de noël trône certainement une oie. Plat traditionnel dans de nombreux pays et notamment en Allemagne où elle n’a pas été supplantée par l’exotique dinde venue des Amériques, l’oie est un oiseau chargé de symbole. Peut-être a-t-elle été plébiscitée par les chrétiens du fait de son plumage et de sa chair, blanches, incarnant la pureté et l’innocence ? Ce qui pourrait expliquer qu’à défaut d’oie, onéreuse, on consommait aussi d’autres volailles plus accessibles alors, telles que les poulets. Peut-être est-ce également en souvenir des oies du capitole qui ont sauvé Rome de l’invasion des Gaulois ? On raconte aussi que la reine Elisabeth I d’Angleterre dégustait une oie lorsqu’elle apprit en 1588 la défaite à Gravelines de l’invincible armada espagnole.