La mystérieuse migration des macareux moines enfin révélée !

Un macareux moine © Patrick Pons / Biosphoto

+ A A -

Disneynature

Aujourd’hui 7 mars, alors que le froid se fait ressentir dans les régions d’Amérique du Nord, les macareux moines passent leur hiver en Haute Mer. Ils attendent patiemment le retour des beaux jours pour regagner les falaises et pentes herbeuses, sur lesquelles ils nichent au printemps.

Leur temps passé en mer, en automne et en hiver, a toujours suscité des interrogations… Mais où se cachent-ils dès l’apparition des premières fraîcheurs ? Une étude a permis de découvrir les déplacements de ces petits oiseaux marins, grâce à la mise en place d’un système de géolocalisation.

Aux prémices de l’automne, les macareux partent de Maine, et prennent le large, en direction du golfe de Saint-Laurent, pour aller se nourrir de petits harengs et capelans. Puis, vers la fin de l’hiver, ils virent plus au sud, au large de New-York et du New Jersey, s’aidant de leurs courtes ailes et de leurs pattes palmées. La découverte de leur parcours est une bonne nouvelle qui permettra de suivre de plus près les habitudes de ces oiseaux de mer !

Cette espèce surprenante, mi-oiseau, mi-pingouin, est facilement reconnaissable à sa silhouette arrondie, son œil cerclé de rouge et son plumage noir et blanc ! Mais surtout, le macareux moine doit son succès à son remarquable bec, vivement coloré qui lui a valu le surnom de « clown de mer » ! D’ailleurs saviez-vous que son plumage, ses pattes et son bec changent de couleurs durant la saison des amours ?

 Sources : Project Puffin