La pause bien méritée du martinet

Portrait de Martinet Noir paupière ouverte France Gilles Ménanteau / Biosphoto

+ A A -

DISNEYNATURE

Il passe le plus clair de son temps en vol, soit tout de même près de dix mois par an. Ainsi, le martinet noir peut tout faire en volant : chasser, manger, s’accoupler et même dormir !
 
Grand migrateur, le martinet noir est aussi social. En ce moment-même, au mois de mai et de juin, il fait une halte bien méritée, notamment dans le sud de la France. Il revient à cette occasion nidifier sur les lieux de reproduction, souvent dans une falaise ou dans des cavités étroites, creusées dans des bâtiments ou sous des toitures. Le nid est composé de matériaux happés au vol, végétaux, papiers, plumes..., et agglutinés par la salive
 
Un répit de courte durée, puisque l’oiseau repartira dès le mois de juillet, les jeunes effectuant leur première migration à leur sortie du nid. Ils rejoindront alors les quartiers d’hiver : l’Afrique centrale et du sud.
 
Plutôt petit, le martinet ressemble à une hirondelle avec de plus grandes ailes.
Grâce à son physique aérodynamique, son corps en forme de fuseau, ses longues ailes, sa queue échancrée, il peut atteindre les 200km/h, un des oiseaux les plus rapides au monde.
 
Source : Pour la science