Le bel ouvrage du tisserin

tisserin construisant son nid © Tui De Roy / Minden Pictures / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

En Tanzanie, la saison des pluies s’est installée et les tisserins ont rejoint leur zone de nidification. Là, dans des acacias, haut perchés, les mâles s’affairent. Tout d’abord, choisir une branche, si possible bardée d’épines, arborant une petite dépression, que l’individu accentuera de son bec au besoin.

Puis, l’oiseau part en quête du premier brin d’herbe. C’est le plus important car de cette lanière de plusieurs dizaines de centimètres dépendra la solidité de l’édifice dans son ensemble. A l’aide de son bec, il l’attache solidement au support puis un incessant va et vient débute afin de collecter le reste des matériaux.

Il lui faudra de 1000 à 1500 brins d’herbe pour parachever son œuvre. Il Inlassablement, il va tisser, entortiller ces graminées les unes dans les autres. Une fois satisfait de son œuvre, il va parader devant la femelle qui choisira le nid qu’elle préfère. Elle y pondra de 2 à 6 œufs et, tandis que la femelle couve, le mâle retourne à l’œuvre pour construire un autre nid, il en fabriquera jusqu’à 3 ou plus par saison.