Les fous de bassan, sentinelles des océans

Des fous de BAssan dans le ciel © Michel Gunther / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Embarquer des minis caméras à dos d’oiseau pour surveiller les océans, tel est le projet un peu fou d’une équipe de scientifiques franco-japonaise. Ce matériel – dont un GPS – a été posé sur des fous de bassan résidants aux sept-iles, dans les Côtes d’Armor dont on sait que 43% se nourrissent derrière les chalutiers qui opèrent dans la Manche. Véritables sentinelles, ils aident les chercheurs à mieux comprendre les relations liant l‘avifaune aux pêcheurs et autres acteurs marins et permettent également de mieux connaître les comportements de cet oiseau car beaucoup de zones d’ombre subsistent quant à son mode de vie. Cette étude a aussi pour objectif de renouer le dialogue entre les différents protagonistes de cet écosystème : pêcheur, conchyliculteurs, extracteurs de granulats, gestionnaires d'espaces protégés, naturalistes, scientifiques, représentants de l'État. Et les premières images et résultats sont très encourageants, les pêcheurs artisanaux ont notamment été ravis de pouvoir montrer que certaines de leurs activités pouvaient s’avérer positives pour les oiseaux. Face à ce succès, les auteurs souhaitent désormais que ce projet soit généralisé à l’ensemble des écosystèmes marins afin de contribuer à une meilleure gestion de ces écosystèmes trop souvent abîmés et pillés. Source : Marine Policiy & techno-science.net