En Antarctique, l'heure est à l'amour pour le manchot adélie

Manchot adélie transportant des pierres pour son nid © Guillaume Bouteloup / Biosphoto

+ A A -

Disneynature

Ce sont sur les côtes rocheuses libérées des glaces de l’Antarctique que le manchot adélie vient chercher l’âme sœur. Le mâle arrive le premier à la fin du printemps austral. Avant de trouver une partenaire, il part à la recherche d’un nid bien confortable dans lequel il pourra s’installer avec sa belle. Il le construit à l’aide de petits cailloux. Toutes les femelles rejoignent les aires de reproduction quelques jours plus tard. Les parades nuptiales peuvent alors débuter.

Chaque mâle part à la conquête d’une femelle. Celui-ci se place à quelques mètres d’elle et commence sa parade. Il effectue différentes postures. Il dirige son bec vers l’avant et arque son cou. Il agite ses nageoires en faisant des vagues et en chantant quelques vocalises. La femelle admire ce spectacle avant de prendre sa décision. Celle-ci prend son temps avant de choisir l’élu de son cœur, car une fois le mâle choisi, le couple restera ensemble toute sa vie. En effet, le manchot adélie est extrêmement fidèle et chaque année les couples formés se retrouvent au même endroit. 

Au fait, saviez-vous que les manchots Adélie étaient indispensables à la vie en Antarctique ?

En effet, dans une étude publiée le 9 mai dernier dans la revue scientifique Current Biology, des chercheurs ont observé que les excréments de manchots nourrissent de nombreux végétaux qui eux même alimentent une multitude d’invertébrés microscopiques présents en Antarctique. Tout comme les excréments d'hippopotame dans la savane africaine, les fientes des manchots sont essentielles à la biodiversité de la banquise d’Antarctique.

Les excréments de manchots se désagrègent et s’évaporent sous forme de gaz contenant de l’azote. Ce gaz est transporté par le vent à l’intérieur des terres et pénètre le sol. L’azote apporté est indispensable à la survie de nombreuses espèces.  Les chercheurs ont d’ailleurs constaté que la plupart des terres sur lesquelles se trouvent les manchots adélie étaient remplies de petits invertébrés et la biodiversité y était plus forte. 

L’Antarctique est un laboratoire naturel qu’il est nécessaire de conserver. Tous les pays qui y travaillent sont d’ailleurs soumis à un traité datant de 1959 les obligeant à protéger la faune et la flore du milieu.

Source : AFP et Sciences et Avenir

Antarctique

L'Antarctique parfois appelé continent austral ou continent blanc, est le continent le plus méridional de la Terre. Situé autour du  pôle Sud, il est entouré par l'océan Antarctique et bordé par les mers de Ross et de Wedell.

VOIR SUR LA CARTE