Inquiétudes pour l’avenir du manchot du Cap

Manchots du Cap en bord de mer © Hougaard Malan / naturepl.com

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Dans un paysage paradisiaque alliant plages de sable blanc et immenses rochers polis par les vagues, une petite troupe en habit noir et blanc se dandine en direction des rues et des habitations. La nuit tombe sur la péninsule du Cap et ce petit groupe de manchots en profite pour visiter piscines, jardins et maisons.
Ici, l’oiseau vit en compagnie des humains. Ces derniers n’ont pas hésité il y a quelques années à retrousser leurs manches lors du naufrage d’un pétrolier pour sauver des centaines de ces manchots ensuite relâchés près de Boulders.
Mais, malgré cette aide inestimable, le petit oiseau à la drôle de démarche souffre du réchauffement climatique et de la surpêche. Les jeunes ne peuvent aujourd’hui plus se fier, comme leurs parents, à des indices indiquant d’abondantes ressources, car ces mêmes indices les conduisent dans des lieux privés de nourriture.
Conséquence, leur taux de survie chute dangereusement. Ces pièges écologiques marins sont dévastateurs. Le changement de température des océans a notamment provoqué un déplacement de plusieurs centaines de kilomètres vers l’est des routes migratoires des sardines et anchois, proies principales des manchots.
Aujourd’hui, les manchots du Cap sont 50 000 mais le nombre de couples reproducteurs a chuté de 90 % ces dix dernières années. Il faudra plus que la bonne volonté des populations de la ville du Cap pour sauver cet attachant et emblématique oiseau !

Source : Current Biology