La migration périlleuse des saumons

Saumon rouge ; SOCKEYE SALMON - leaping upstream (Oncorhynchus nerka) © Francois Gohier / Ardea / Biosphoto

+ A A -

Disneynature

Le mois de septembre sonne l’heure de la rentrée pour tous les écoliers mais dans l’océan c’est le grand départ de la migration des saumons.  Ce long voyage est sûrement l’un des plus extrêmes et périlleux du monde animal.
 
Mais d’ailleurs, savez-vous pourquoi les saumons migrent-ils ?
 
Tout comme la tortue luth, ces beaux poissons retournent à l’endroit où ils sont nés pour pondre leurs œufs. Après avoir passé près de deux ans dans l’Océan, il est temps pour les saumons devenus adultes de prendre la route vers leur lieu de naissance. Certaines espèces nagent de l’Atlantique vers les côtes nord-américaines ou européennes et d’autres du Pacifique vers les côtes asiatiques et nord-américaines. Pour retrouver leur chemin, ils sont dotés d’un sens de l’orientation extrêmement performant qui leur permet de se repérer grâce au champ magnétique terrestre mais ils possèdent également un odorat très affûté. En effet, juste après leur naissance, tous les petits sont imprégnés des odeurs de la rivière où ils voient le jour. C’est donc ainsi qu’ils regagnent leur berceau.
 
Malheureusement, la traversée n’est pas aussi simple. Dès que les saumons sont arrivés dans l’eau douce, leurs corps se métamorphosent afin d’affronter le parcours semé d’embûches qui les attend. Les mâles développent un crochet au bout de leur bouche et des dents apparaissent. Une bosse se forme sur leur dos des mâles afin qu’ils soient plus visibles à la surface et que les prédateurs, les attaquent plus facilement que les femelles. Pendant des kilomètres, le banc de saumons nage sans s’arrêter et sans se nourrir.
 
Ce n’est que plusieurs milliers de kilomètres plus tard que ceux-ci arrivent à bon port. Les femelles construisent des nids pour ensuite pondre leurs œufs. Une fois la fécondation faîte, les saumons adultes meurent.  Leurs corps se décomposent et apportent des nutriments essentiels à l’écosystème de la rivière. Les petits alevins éclosent quelques temps plus tard et un nouveau cycle de vie commence…
 
Source : pêche-rivières-quimper.com / Brut