À la poursuite de la migration du plus petit habitant des océans...

L'univers microspiques des planctons © Biosphoto / British Antarctic Survey / Science Photo Library

+ A A -

Disneynature

Aujourd’hui 20 octobre, l’actualité se déroule dans les eaux du sud-ouest de l’océan Pacifique, près de la Nouvelle-Calédonie. Tendez bien l’oreille et ouvrez grands vos yeux, car nous nous rendons dans l’univers microscopique du plancton, espèce marine minuscule souvent invisible à l’œil nu ! Mais comment suivre la trace d’organismes dont la taille est inférieure au millimètre ? Il s’agit aujourd’hui d’un véritable travail de filature, à la poursuite de la migration du plus petit habitant des océans

Au coucher du soleil, le zooplancton (plancton animal) remonte vers la surface. Et à la nuit tombée, il passe son temps à se nourrir essentiellement de phytoplancton (plancton végétal), abondants dans les eaux superficielles. Quand vient le jour, voilà qu’il migre de nouveau vers les profondeurs (jusqu’à 100 mètres) pour fuir la présence des prédateurs, comme les petits poissons et les crustacés ! Ce déplacement journalier est appelé la « migration verticale ». Situé au début de la chaîne alimentaire, l’ensemble du plancton est aussi directement la cible des gros mammifères marins comme la baleine ou le requin pèlerin ! Dans cet écosystème marin très complexe, il représente un élément essentiel à l’équilibre des océans. Source : Futura Sciences