Le poisson-coucou cette maman farceuse

Coucou du Tanganyika nageant © Andreas Hartl / Okapia / Biosphoto

+ A A -

Disneynature

C’est dans le fond du lac Tanganyika, l’un des plus grands d’Afrique situé entre la Tanzanie et le Burundi que se cache le poisson coucou. On le reconnaît à sa robe tachetée de noir.

Au printemps, ce petit poisson d’eau douce, commence à pondre ses premiers œufs. Mais c’est un farceur, il ne procède pas comme tous les autres ! Quand arrive l’heure de la ponte, la femelle poisson coucou part à la recherche d’une femelle poisson cichlidae. Cette espèce de poisson possède un instinct parental extrêmement développé et c’est ce que le poisson coucou recherche.

Et oui, comme l’oiseau le coucou, la femelle poisson coucou fait adopter ses petits par une autre femelle. Malin non ? Le poisson coucou pond ses œufs au milieu de ceux de l’autre espèce et disparaît. L’autre femelle couve ses petits par incubation buccale. Elle gobe donc l’ensemble des petits œufs. Les petits poissons coucou éclosent dans sa bouche et sont protégés des prédateurs extérieurs. Cependant, souvent la femelle clichidae se rend compte de la supercherie. Elle rejette donc les œufs qui ne sont pas les siens.

Forts et vigoureux, les œufs de poisson coucou rejetés, restent enterrés dans le sable et survivent. Lorsqu’ils éclosent, ils nagent au hasard. Néanmoins, s’ils croisent le chemin d’une femelle clichidae, ils n’hésitent pas à s’en approcher pour bénéficier de sa protection maternelle. Et oui, dans sa grande bonté la femelle clichidae a le réflexe d’aspirer tous les jeunes poissons qui nagent proche d’elle.

Source : Sciences et Avenir