Parfait camouflage pour les caméléons lilliputiens

caméléon Brookesia sp © Gregory Guida / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Ils tiennent sur l’extrémité d’une allumette. Brookesia micra  et Brookesia minima sont les plus minuscules de tous les caméléons du monde et parmi les plus petits reptiles du globe, détrônés seulement par un gecko répondant au nom de Sphaerodactylus ariasae.

Tous deux sont originaires de petites îles au large de Madagascar et mesurent à peine 3 centimètres de long. Outre leur taille, ils se caractérisent également par  leur livrée parfaitement mimétique avec les feuilles mortes. Un camouflage essentiel lorsque l’on est un lilliputien et que le danger de se faire croquer par un oiseau ou un autre reptile rôde dans le sous-bois !

En 2012 une expédition scientifique décrit quatre nouvelles espèces dont Brookesia micra, toutes cantonnés à de minuscules territoires. Un micro-endémisme qui n’est pas sans danger pour la survie des espèces, deux de ces reptiles se trouvant au sein de zones de forêt non protégées.

Consommant des insectes à leur taille, ces caméléons arpentent la litière dans laquelle ils dénichent leur repas puis, à la nuit tombée se réfugient à l’abri des arbres pour dormir. Ce phénomène de nanisme insulaire, fort bien documenté chez des oiseaux ou des mammifères, s’avère cependant rare chez les reptiles. Ces derniers sont poïkilothermes, leur température corporelle ne s’autorégule pas mais s’adapte à l’environnement extérieur. Or, plus la surface corporelle est réduite, plus les variations sont grandes ce qui peut s’avérer fatal pour l’animal. En revanche, il est fréquent de rencontrer des reptiles géants sur des îles à l'instar du varan de Komodo ou des tortues des Galapagos !