Révélations génétiques sur la tortue imbriquée du Pacifique

La tortue imbriquée du Pacifique © Vincent Truchet / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Alors qu’elle était autrefois abondante, elle figure aujourd’hui en tête des tortues marines les plus menacées. La surprise fut donc de taille lorsque les chercheurs découvrirent en 2008 de nouvelles populations de tortues imbriquées dans le Pacifique Est où elles étaient à priori totalement absentes. Alors que leurs sœurs de l’ouest pondent sur des plages coralliennes, les femelles tortues d’Equateur et du Mexique se retrouvent dans les estuaires bordés par des mangroves pour y déposer leurs précieux œufs. Afin d’en savoir plus sur ces populations, les chercheurs ont scruté l’ADN de ces incroyables reptiles. Les résultats dévoilé cette fin mars montrent que la diversité génétique de cette population orientale est très faible tout comme le nombre de femelles reproductrice : seulement 210 individus sur le site de ponte le plus important ! Malgré cela, la structure génétique globale s’avère forte avec une variabilité importante d’une population à une autre. Un atout dans ce monde bouleversé par le réchauffement climatique. De plus, savoir que les reptiles peuvent pondre dans les mangroves est très important vu l’état de santé déclinant des récifs coralliens. Ces résultats apportent un grand espoir pour la conservation à long terme de cette espèce particulièrement menacée. Source : Fauna & Flora International