1, 2, 3… bouquinez !

© Frédéric Desmette / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Ce 12 mars, alors que le soleil caresse chaleureusement la végétation frémissante, deux paires d’immenses oreilles s’agitent au-dessus d’un champ verdoyant de blé d’hiver.  L’appel du printemps a également sonné chez les lièvres. Le bouquinage n’est pas une histoire qu’ils prennent à la légère et les mâles, appelés bouquins (les femelles sont les hases), jouent des poings, sautent, se mordent, se coursent et effectuent des cabrioles particulièrement impressionnantes. L’enjeu est de taille car la compétition entre mâles pour accéder aux femelles est rude. Une fois qu’un lièvre sera parvenu à écarter ses rivaux il pourra s’accoupler, rapidement, avec sa promise. Bien que les lièvres se reproduisent toute l’année, le bouquinage n’a lieu qu’au début du printemps. Au bout d’une gestation de 41 à 42 jours, 2 à 4 levreaux verront le jour. Contrairement aux lapereaux qui naissent aveugles et nus, les petits lièvres sont déjà couverts de poils et ont les yeux ouverts, ce qui leur permet de se déplacer seuls, sans leur mère. Elle seule s’en occupe et les allaite une fois quotidiennement, en fin de journée. Chose rare dans le monde animal, une hase peut concevoir une nouvelle portée alors qu’elle est déjà gestante. Elle abritera alors dans son ventre, des levreaux prêt à naître et d’autres qui devront encore patienter plusieurs semaines.

Bourgogne Franche-Comté

VOIR SUR LA CARTE