Abeilles et bourdons accros aux nicotinoïdes

Fergus Gill / 2020VISION / naturepl.com

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Les humains ne sont pas seuls à montrer une dépendance à la nicotine. Ce 25 avril, une étude révèle que lorsqu’elles ont le choix, les abeilles et bourdons se ruent sur le nectar contenant des néonicotinoïdes et deviennent dépendantes de cette drogue. Ces insecticides (dont font partie l’imidaclopride du Gaucho ou le thiaméthoxame du Cruiser) sont dérivés de la nicotine naturelle dont la toxicité protège les plantes qui la fabriquent des insectes. Une autre étude confirme que les néonicotinoïdes – qui agissent sur le système nerveux des insectes - affecte la survie des abeilles et bourdons. Aux abords de champs traités, les colonies sont deux fois moins peuplées, les essaims de bourdons cessent de croître et produisent moins de reines. Une preuve de plus qu’il faut étendre le moratoire sur l’utilisation de ces insecticides selon les experts. Source : Nature