Babouins et impalas, une amitié à multiples bénéfices

Jean-Jacques Alcalay / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Le fait est connu. Les babouins peuvent être de redoutables chasseurs qui n’hésitent pas à mettre flamants et jeunes antilopes à leur menu. L’impala ne semble nullement impressionnée et a choisi de vivre dans le parc national tanzanien de Tarangire en bon voisinage avec ce primate qui n’a pas toujours très bonne réputation. Ici, elles savent profiter des fruits de l’arbre à saucisse (autrement inaccessibles pour les ongulés) que les singes font tomber pour faire bombance. Mais la relation entre les deux espèces ne s’arrête pas là comme le montre une étude publiée cette semaine. En effet, les impalas profitent des talents de guetteurs des babouins, qui, assis sur les plus hautes branches des arbres de la savane repèrent le danger de très loin. Et, l’association n’étant ni éphémère ni récente, il n’est guère surprenant que les antilopes soient devenues expertes dans le décryptage des vocalises de leurs gardes du corps. Une découverte qui montre l’importance et la variété des relations que les espèces peuvent tisser entre elles. Reste désormais à savoir comment ce duo va perdurer au fil des saisons. Source : African Journal of Ecology

Manyara Region

VOIR SUR LA CARTE