Boom démographique chez les rhinopithèques de Roxellane

© XI ZHINONG / naturepl.com

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Héros de contes et légendes chinois, l’étonnant singe doré à la face bleue vit dans les forêts aggripées aux montagnes Quinling, dans un environnement aussi rude que difficile d’accès. Enveloppé d’un épais manteau qui, par sa similitude avec la chevelure de l’une des concubines du sultan de l’empire Ottoman Soliman, lui aurait valu son nom d’espèce de Roxellane, c’est aussi l’un des primates les plus menacés. Braconné pour sa viande et sa fourrure, les rhinopithèques de roxellane n’étaient plus que 501 en 1986. Excellente nouvelle, le dernier recensement effectué cette année affiche une population de 1300 individus, plus du double, un boom démographique sans pareil. Vivant en groupes de 60 à 70 individus, c’est l’un des rares singes à tutoyer les plus cimes, n’hésitant pas à vadrouiller jusqu’à 4000 mètres d’altitude par des températures souvent glaciales.  Source : The Guardian