Calendrier de l’avent de Dame Nature : le glouton

Peter Cairns / naturepl.com

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Aujourd’hui, derrière la cinquième porte du calendrier de l’avent se cache un vorace. Le glouton si bien nommé se déplace désormais dans une forêt emmitouflée de neige. Dans la taïga finlandaise, les arbres ont caché leur ramure sous un épais manteau floconneux et leur silhouette évoque des fantômes, courbés vers le sol. Nocturnes, ces cousins des blaireaux, loutres et autres belettes sont à leurs aises dans ce paysage où le jour ne fait plus que de timides apparitions. Et, contrairement à d’autres animaux, il n’est pas question d’hiberner pour celui que les canadiens appellent carcajou et, il va rester actif jusqu’au plus profond de l’hiver polaire. Mais, courir dans ces étendues enneigées est particulièrement énergivore et il faut entretenir la chaudière interne très gourmande. Ainsi, l’animal parcourt inlassablement son territoire, à raison de 45 kilomètres par jour en moyenne à la recherche d’un repas, lemming, lièvre ou marmotte. Et, si les proies se font rares, il en suffit d’une, imposante. Car le glouton a une solution : la glacière. Aussi s’il trouve une carcasse d’élan ou de renne, il va soigneusement enterrer le surplus sous la neige pour les jours où ce chasseur reviendra bredouille. Protégé par des balises odoriférantes pour éloigner les intrus, ce garde-manger assurera la survie des jeunes, qui naîtront au plus profond de l’hiver.