Calendrier de l’Avent de Dame Nature : Le rhinopithèque de Roxellane

Cyril Ruoso / Minden Pictures / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

L’hiver a déjà pris ses aises dans les montagnes Qinling, s’élevant au cœur du vaste territoire chinois. La musique aquatique des torrents et rivière s’est tue, enfouie sous une épaisse couche de glace tandis que le paysage s’est emmitouflé dans une parure monochrome. C’est ici, derrière notre douzième fenêtre du calendrier, que vit l’un des rares singes à ne pas craindre le froid. Protégé par une épaisse toison crème à la naissance virant au roux flamboyant à l’âge adulte, le rhinopithèque de Roxellane n’hésite pas à traverser les rivières gelées en faisant usage de ses bras comme balancier et, même si les glissades sont légion, l’habilité du primate à se mouvoir sur la glace et dans la neige impressionne.  Alors qu’il vit en grands groupes totalisant plusieurs centaines d’individus, la mauvaise saison venue, de petits sous-groupes se forment et se dispersent afin d’optimiser leurs chances de trouver racines, graines et autres trésors soigneusement cachés par l’hiver. Si leur visage bleu roi, dont les  reliefs ont été gommés, étonne, certains spécialistes y voient une adaptation au milieu extrême dans lequel ils évoluent et dont le froid mordant ne laisse guère de chance à un nez proéminent.