Carnet rose chez la martres des pins

© Buiten-Beeld / Hillebrand Breuker / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Soigneusement cachée dans un arbre creux emprunté à un écureuil, ou à une corneille, la femelle martre vient de donner naissance en ce début avril à trois petits, les yeux encore fermés, sourds, sans dents, le corps ecouvert d’un duvet épais et ras. Pesant 30 grammes, ils sont totalement dépendants de leur mère qui va les allaiter durant un mois et demi environ. Leurs yeux vont s’ouvrir sur la forêt de conifères et de feuilles qu’ils habitent au bout d’une trentaine de jours seulement. Puis, un mois plus tard, ils commenceront à gambader le long des branches avec l’agilité d’un funambule. La saison de reproduction de cette cousine de la belette ou du blaireau se déroule en plein été mais l’implantation de l’œuf fécondé dans l’utérus est différée et il peut s’écouler sept mois avant qu’elle n’ait lieu. D’où ces naissances qui peuvent paraître tardives étant donné que la durée de gestation n’excède pas un mois. Si vous vous promenez en forêt, observez attentivement chaque cavité dans les troncs, peut-être apercevrez-vous de petits museaux pointer d’ici peu…