chimpanzés, léopards et parasites, de dangereuses liaisons

© Cyril Ruoso / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Dans les forêts tropicales d’Afrique où il vit, le chimpanzé évite le plus possible les rencontre avec son plus grand prédateur sauvage, le léopard. Inversement, une autre espèce, un parasite du nom de Toxoplasma gondii a un besoin crucial du félin pour compléter son cycle de vie. Il doit absolument être avaler tout rond par le léopard mais comment faire lorsque ses hôtes intermédiaires, des rongeurs mais aussi le grand singe, montrent une aversion profonde pour le félin ? Afin de mener à bien son entreprise, le parasite va manipuler son hôte et induire une modification comportementale : le mammifère va sous l’emprise parasitaire éprouver une fatale attirance pour l’urine féline. Si cette association et les modifications qui en découlent étaient connues chez les rongeurs, elles viennent d’être mises à jour chez le chimpanzé. Sous l’emprise de son hôte indésirable, le primate va tourner autour des marquages de léopard augmentant les chances d’une prédation, alors qu’il ne sera absolument pas attiré par l’urine de lion ou de tigre comme l’ont montré des expériences en captivité. Le monde des parasites et leurs dangereuses liaisons avec d’autres espèces animales ou végétales ont encore bien des mystères à nous révéler. Source : Current Biology

Ogooue-Lolo

VOIR SUR LA CARTE