Dans les prés, les colchiques déploient leurs corolles

© Wild Wonders of Europe / Möllers / naturepl.com

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Surnommé crocus d’automne, ne vous y méprenez pas. Les deux fleurs n’ont rien de commun si ce n’est la forme de leur délicate corolle.  Ce 2 octobre, les prés de la Nièvre se sont parés de touches de parme et, entre les vaches paissant paisiblement, les colchiques annoncent comme dans les paroles d’une chanson, la fin de l’été et le début de l’automne. Violemment toxique, contrairement au crocus, le colchique, aussi surnommée tue-chien se décline en une centaine d’espèces à travers le monde principalement en Asie mineure et dans les Balkans. Ne cherchez pas les feuilles, les fleurs semblent sortir directement de terre car les limbes gorgés de chlorophylle ne font leur apparition qu’au début du printemps afin d’emmagasiner suffisamment de réserves souterraines pour assurer le floraison automnale. Les feuilles fanent ensuite et la plante entre en dormance tout l’été durant avant de sortir de torpeur ces jours-ci.

Bourgogne Franche-Comté

VOIR SUR LA CARTE