Eclosion d’aiglons sous haute surveillance

Jeune pygargue à tête blanche (Alaska) © Minden Pictures / Suzi Eszterhas / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Mr President et First Lady ont choisi le houppier d’un tulipier de Virginie pour y bâtir leur nid. Là, dans cette chambre avec vue sur Washington, ils ont déposé deux œufs. Il n’y avait pas eu de couple de pygargue à tête blanche ici, dans l’arboretum de la ville, depuis 1947. L’été dernier, alors que le couple était parti en migration annuelle, une équipe de l’American Eagle Foundation  a installé un système de caméras et de fibres optique pour scruter le nid que le couple n’a pas manqué de réaménager cette année. C’est ainsi que le premier aiglon vu le jour sous les yeux enchantés de milliers d’internautes avant hier. Il a brisé sa coquille grâce à son diamant, une petite dent de naissance provisoire située sur le sommet de son bec et désormais tous attendent avec impatience l’éclosion du deuxième œuf qui devrait avoir lieu ce week-end. Outre son statut privilégié d’emblème des Etats-Unis, le pygargue à tête blanche, figure parmi les plus grands et majestueux rapaces actuels. Dans les années 1950, suite à l’usage massif de DDT qui fragilisait tant les coquilles qu’elles se brisaient sous le poids des adultes, l’espèce a failli disparaître. Heureusement, l’interdiction de ce pesticide a renversé la tendance et le pygargue comme le faucon pèlerin et bien d’autres espèces ont pu remonter la pente. Source AFP et dceaglecam