Fuir la chaleur dans les profondeurs de l’océan

Linda Pitkin / Photoshot / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Le réchauffement climatique a un impact non seulement sur la biologie des espèces (taille de la ponte, taux de survie…) mais aussi sur leur répartition spatiale. Des chercheurs de l’université James Cook en Australie ont placé des transmetteurs radio sur soixante empereurs à gueule rouge, des poissons vivant sur la grande barrière de corail. Les jours où les températures de l’eau dépassaient la moyenne habituelle, les scientifiques ont constaté que les poissons migraient vers de plus grandes profondeurs. Certains ont aussi quitté leur zone de répartition habituelle pour vivre sous des latitudes où les températures sont plus basses. La prochaine étape de l’étude s’attachera à étudier l’éventuelle habituation physiologique de cette espèce au changement climatique comme cela se produit avec d’autres animaux. Source : Coral Reefs