Hommage à Dian Fossey

Cyril Ruoso / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Il y a tout juste trente ans, dans la nuit du 26 au 27 décembre 1985 disparaissait Dian Fossey. Assassinée dans sa maison au cœur du parc national des volcans, son travail leva le voile sur l’intimité des gorilles de montagnes. C’est à un paléontologue, Louis Leakey, que l’on doit l’idée d’envoyer trois femmes étudier nos plus proches cousins. Jane Goodall, Dian Fossey et Biruté Galdikas furent surnommées ses trois anges et leur travail marqua la primatologie. Mais très vite, elles se rendirent toutes compte des dangers qui pesaient sur la survie des chimpanzés, gorilles et orangs-outans et consacrèrent une partie sinon toute la suite de leur carrière à protéger ces grands singes et les forêts tropicales où ils vivent. Dian Fossey lutta particulièrement contre le braconnage qui sévissait alors au Rwanda et qui coûta la vie au gorille qui, le premier, lui avait ouvert les portes de son monde et qu’elle connaissait le mieux, Digit. Aujourd’hui, cette grande figure de la primatologie qui fut la première à décrypter les habitudes sociales, alimentaires ou encore les modes de communication des gorilles, repose à côté de Digit, entourée d’une végétation luxuriante baignée de brume.

Northern Province

VOIR SUR LA CARTE