Joli coquelicot essaime

Coquelicots en fleurs dans une prairie, Franche-Comté, France Dominique Delfino / Biosphoto

+ A A -

DISNEYNATURE

Juillet sonne les dernières semaines pour les coquelicots, cette jolie fleur rouge vif des champs, adaptée aux rythmes de la moisson. Ainsi si le coquelicot est à son zénith en juin et juillet, il possède un cycle de vie très court et se flétrit dès le mois d’août.
 
Mais comme la plupart des messicoles, le coquelicot n’a pas dit son dernier mot. Il jouit en effet d’une fécondité débordante - un simple coquelicot peut produire jusqu'à 50 000 graines - et d’une robustesse étonnante. Sa technique : il produit ses graines avant la moisson et les propage avant la récolte. Elles peuvent ensuite attendre des dizaines d'années, qu'un travail du sol leur offrent des conditions favorables pour sortir de terre et s’épanouir.
 
Étymologiquement, le mot messicole définit les plantes qui colonisent les moissons : le coquelicot, le bleuet ou la camomille. Cependant ces espèces souffrent beaucoup des pratiques de l’agriculture intensive. Voilà pourquoi le coquelicot est devenu un symbole de lutte contre l’usage des pesticides dans les campagnes.
 
Source: la Salamandre