Le ballet nordique des moustiques

Mark Hamblin / 2020VISION / naturepl.com

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Dans des régions flirtant avec le cercle polaire, l’été voit l’arrivée de nuages de moustiques. Ils sont parfois si nombreux qu’ils en obscurcissent le ciel. Si ces masses d’insectes font en cette fin août le bonheur des oiseaux qui peuvent ainsi faire leurs réserves énergétiques avant d’entamer prochainement leur longue migration, d’autres espèces voient ces invasions estivales d’un œil moins conciliant. Il faut dire qu’avec le bouleversement climatique, les larves et adultes émergent bien plus tôt en saison et l’été à rallonge leur permet d’atteindre des tailles plus importantes que ce qu’ils affichaient auparavant. Acteurs de nombreuses chaînes alimentaires, ce changement dans les populations du petit insecte buveur de sang affecte ainsi l’écosystème arctique dans son ensemble. Si les oiseaux insectivores et les plantes pollinisées par les moustiques bénéficient de cette surabondance, en revanche les mammifères tels que les caribous et notamment les jeunes nés cette année, piqués de plus en plus par les femelles avides de sang, pâtissent de cette augmentation des effectifs qui se profile depuis quelques années. Dans quelques semaines, l’été tirera néanmoins sa révérence et signera la fin de représentation du moustique ! Source : Proceedings of the Royal Society B