Le chant du cygne de l’Addax

© Alain Dragesco-Joffé / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Endémique des régions sahariennes, l’addax, une élégante antilope coiffée de cornes aussi imposantes que spiralées, pourrait bientôt rejoindre la longue liste des espèces disparues. C’est ce que vient de déclarer, ce 8 mai, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature (IUCN). Placée sur la liste rouge en 1986, ses populations n’ont depuis cessé de chuter. Le braconnage et la régression de son habitat du notamment à l’exploitation pétrolière sont la cause de cette raréfaction. Selon le dernier recensement, seules 200 de ces gazelles vivraient encore à l’état sauvage dont l’essentiel au Niger, une population si faible qu’elle risque de ne pas suffire pour garantir la survie de l’espèce sur le long terme. La course au pétrole dans le contexte énergétique actuel a accéléré sa disparition et, même si les zoos mènent des programmes de reproduction en captivité dans le but de réintroduire ces addax dans leur milieu naturel, la sauvegarde de l’espèce est loin d’être gagnée. Les réintroductions sont en effet aussi complexes que difficiles à mener. Source : IUCN & AFP