Le geai reste discret quand il s'agit de protéger ses réserves

Gilles Ménanteau / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

En forêt, les ‘skreeeik’ à la fois rauques et perçants du geai viennent briser le silence. Pourtant, l’oiseau sait aussi se faire discret lorsqu’il s’agit de ne pas donner d’indices sur la localisation de ses réserves. Comme beaucoup de corvidés, le geai enterre des glands en prévision de l’hiver. Une étude publiée ce 16 août montre que non seulement les oiseaux vocalisent très peu lorsqu’ils sont autour de l’une de leurs cachettes mais ils préfèrent aussi creuser dans un sol sableux et silencieux plutôt que dans un sol rempli de cailloux cliquetant sous les coups de bec. Une prouesse car cela implique l’existence d’une théorie de l’esprit chez cet animal : « je sais que tu peux deviner, alors je supprime tous les indices possibles ». Source : Proc. R. Soc. B.