le génie du tardigrade

Eye of Science / Science Photo Library / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Appelé aussi ourson d’eau, ce petit animal passe le plus souvent inaperçu. Et pour cause, il ne mesure que de 0,1 à 1,5 mm. Malgré leur petitesse, ces créatures dont on compte plus de mille espèces sont fascinantes. On les rencontre des sommets des montagnes au plus profond des océans, mais, c’est leur résistance qui interpelle le plus. Le froid ou le chaud ne les effraie pas et ils peuvent survivre en dessous de zéro ou au-dessus de 100°C. Et, une fois desséchés, le tardigrade peut être réanimé même plusieurs décennies plus tard par le simple ajout de quelques gouttes d’eau. Aujourd’hui 28 Novembre, les chercheurs ont découvert une autre propriété incroyable de ces oursons d’eau. Contrairement aux autres animaux qui héritent des gènes de leurs parents, les tardigrades comptent près d’1/6 d’ADN étranger à leur espèce. Celui-ci provient de bactéries, de plantes, de champignons. Cette absorption de matériel étranger serait lié à leur capacité à survivre en milieu très sec. Une fois l’animal deshydraté, son ADN se fragmente. Puis, réhydraté, les membranes cellulaires restent poreuses pendant un temps, laissant passer du matériel génétique présent dans les environs. Une première dans le monde animal qui ouvre un nouveau champ de recherche en génétique ! Source : PNAS

Auvergne-Rhône-Alpes

VOIR SUR LA CARTE