Le grand papillon bleu renaît de ses cendres

© David Woodfall / NPL

+ A A -

Disneynature

Aujourd’hui 30 août, dans les clairières forestières ou les pelouses sèches des jardins de Grande-Bretagne, le grand papillon bleu, de son vrai nom « azuré du serpolet », dévoile ses ailes grises aux reflets bleus ponctuées de taches noires. Autrefois déclarés éteints, ces papillons ont été importés de Suède dans les années 80 et libérés dans des champs entretenus, dans le cadre d’un programme de réintroduction. Des efforts qui semblent aujourd’hui porter leurs fruits, les écologistes britanniques ayant annoncé qu’un groupe de 10 000 papillons adultes prospèrent aujourd’hui sur les comtés de Gloucestershire et Somerset, situés au sud-ouest du pays. Et au total, plus de 250 000 œufs ont été pondus cet été sur les fleurs de thym et de marjolaine, très abondantes dans la région.

Saviez-vous que le cycle extraordinaire de ce papillon rend sa protection plus difficile ? Lorsque la chenille est assez grande en automne, elle se laisse tomber au sol avant d’être récupérée par les fourmis qui vont la laisser grandir au sein de leur fourmilière. Stimulées par une sécrétion hormonale produite par la chenille, les ouvrières s’en occupent comme si elle était l’une des leurs. Dans la fourmilière, la chenille se nourrit d’œufs, de larves et de nymphes de fourmis. Elle émergera au mois de mai suivant pour se reproduire et ainsi de suite ! Tout se déroule sur quelques centaines de mètres carrés : si un seul maillon de la chaîne est absent, c'est tout le cycle qui s'effondre, mettant en danger la survie du papillon !

Source : The Guardian, BBC , Conservatoire d’espaces natures Centre-Val de Loire