Le message des oiseaux pour l’ouverture de la COP21

Cyril Ruoso / Minden Pictures / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

A la veille de l’ouverture de la COP21, grande conférence sur le climat réunissant près de 150 chefs d’états à Paris, un nouveau rapport vient de tomber. Si pour nombre d’entre nous, les effets du réchauffement restent encore peu concrets, les oiseaux nous montrent à quel point ils sont déjà touchés. 25% des 570 espèces suivies à l’échelle mondiale en pâtissent contre 13% qui bénéficient de cette hausse globale de température montre l’ONG Birdlife International. La plus grande tendance, partagée par de nombreuses espèces consiste à migrer en direction des pôles ou plus en altitude. Ainsi, le toucan à carène se rencontre désormais jusqu’à 1500 mètres d’altitude au Costa Rica tandis que l’aire de répartition du mésangeai du Canada s’est déplacée de près de 20 km vers le nord en vingt ans. D’autres oiseaux comme le macareux moine ou le manchot adélie, adaptés à des climats froid, ont vu leurs effectifs chuter de près de 50% tandis que d’autres espèces ne craignant pas le chaud prospèrent. Ces signes que nous envoient les oiseaux ne sont pas anecdotiques et doivent fonctionner comme un signal d’alarme. Source : Birdlife International