Le pangolin désormais sous protection internationale

© Nigel J. Dennis / Biosphoto

+ A A -

Disneynature

Aujourd’hui 29 septembre, la Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées (CITES) se poursuit à Johannesburg, où des milliers d’ONG débattent pour durcir ou assouplir les législations relatives au commerce de plusieurs centaines d’espèces menacées. Si le sort de certains animaux reste encore en suspens, nous le savons depuis hier, les huit espèces asiatiques et africaines connues du pangolin viennent d’être inscrites à l'annexe I de la Cites, qui interdit le commerce des espèces menacées ! Une grande victoire pour ce mammifère à écailles peu connu menacé d’extinction par le braconnage. Dans les forêts et les savanes des régions tropicales et équatoriales d’Afrique et d’Asie du Sud-Est où il vit, le pangolin se nourrit principalement de fourmis qu'il attrape avec son interminable langue, presque aussi longue que son corps !

Si le pangolin est vulnérable face au braconnage, il dispose cependant d’un atout de taille pour se protéger de ses prédateurs : ses écailles. En cas de danger, il se met en boule pour se transformer en un bouclier quasiment impénétrable. C’est d’ailleurs de sa position défensive qu’il tire son nom : en malais « pangguling » signifie « quelques chose qui roule ».

Source : Afp, l’obs