L’éclosion tant attendue de dragons en Slovénie

© Daniel Heuclin / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

C’est le tout premier dragon à percer sa coquille mais d’autres devraient éclore dans les jours à venir. S’ils étaient autrefois considérés comme les directs descendants des dragons, nous savons désormais, malgré des légendes toujours vivaces, que les protées anguillards sont des amphibiens étroitement apparentés aux salamandres. Vivant au fond de grottes karstiques, notamment en Slovénie, le protée a perdu, au fil de l’évolution sa coloration et sa vue. Rare et classé vulnérable sur la liste rouge de l’IUCN, c’est le plus grand prédateur cavernicole mais, dans ces milieux où la nourriture est parfois rare, le protée peut jeuner durant de très longues périodes. Ces œufs sont d’autant plus précieux qu’aucun n’a jamais été trouvé dans la nature et ceux-ci, pondus en aquarium, sont l’objet de toutes les attentions des scientifiques. Il y a de quoi car la femelle ne se reproduit que tous les 6 à 12 ans. Et, contrairement à la plupart des amphibiens qui connaissent un stade juvénile de larve à l'instar des tétards de grenouilles, les protées naissent avec leur morphologie d'adulte en mode miniature. Mesurant aujourd'hui 2 cm, juste après son éclosion, ce ‘petit poisson humain’ comme le surnomme les slovènes mettra près de quinze ans pour atteindre sa taille adulte. Source AFP