Les fruits du sureau éclaboussent les paysages de violet

© Claude Balcaen / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

L’automne toque à nos portes et apporte avec lui l’une des fructification les plus attendues par les oiseaux. Le sureau s’est couvert de petits parapluies ou corymbes, ornés de dizaines de billes d’un violet virant sur le noir. Ces fruits au goût rappelant celui des mûres et du raisin sont non seulement comestibles mais délicieux et les petits animaux ne s’y trompent pas. Lérots, muscardins, grives, merles et autres frugivores se sont tous donnés rendez-vous dans les sureaux qui abondent dans les campagnes pour un festin. Preuve de ce gargantuesque repas, les fientes d’un magnifique violet que les oiseaux déposent au gré de leurs pérégrinations sur les voitures, dans les jardins et sur les routes. Ce petit arbuste est essentiel pour cette petite faune qui doit absolument faire le plein d’énergie avant l’arrivée de l’hiver. Attention à ne pas confondre ces fruits avec ceux du sureau hièble, toxiques, une herbacée d’un mètre environ et que l’on distingue de sa cousine arbustive par ses corymbes qui ne retombent pas mais sont dressées.

Bourgogne Franche-Comté

VOIR SUR LA CARTE