Les rêves de l’agame barbu

© Michel Gunther / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

La plupart des animaux dorment. Certains debout, d’autres allongés. Certains ronflent, d’autres gigotent, même endormis. Mais seuls les mammifères et les oiseaux pratiquent un sommeil découpé en phases au cours desquels le cerveau est très actif. Ces phases sont au nombre de cinq chez certains comme Homo sapiens et la dernière connue sous le nom de sommeil paradoxal est une véritable usine à rêves. Aujourd’hui 30 mai, un lézard rejoint le club fermé de ces rêveurs. En effet, les dernières recherches sur un lézard australien, l’agame barbu montre que ce dernier présente les mêmes caractéristiques d’activité cérébrale que les oiseaux auxquels il est intimement lié ainsi que les mammifères. Outre ce fait étonnant, que nous apprend cette étude ? Le sommeil paradoxal pourrait avoir une origine évolutive bien plus ancienne que ce que nous croyions jusqu’ici et, l’agame barbu étant un reptile apparu il y a environ 250 millions d’années au cours de l’évolution, il est fort probable que crocodiles, tortues et autres lézards, plus ‘récents’, dorment suivant les mêmes schémas cérébraux. Ce résultat ouvre de nouvelles perspectives et surtout de nouvelles interrogations et hypothèses pour les chercheurs qui s’intéressent au fonctionnement de cet organe hautement complexe. A suivre ! Source : Science

South Australia

VOIR SUR LA CARTE